Puis-je parler de tout dans mon média ?

Il y a un mot d’ordre dans les journaux, jeunes ou non : on peut parler de tout, mais pas n’importe comment ! Il n’y a pas à proprement parler de sujet interdit : l’essentiel est de respecter la loi sur la liberté de la presse de 1881, donc de ne pas commettre de délits de presse. Il n’est pas non plus interdit de donner un avis tranché, au contraire, c’est le plus intéressant ! Attention cependant, pour les lycéen.nes s’inscrivant dans le cadre de la circulaire relative aux publications réalisées et diffusées par les élèves dans les lycées, le prosélytisme est aussi interdit ! Allons voir un peu du côté des sujets tabous, on t’explique tout…

> Parler de politique 

Aucun problème pour parler de politique, et tu as même une grande marge de manoeuvre pour donner ton opinion !

En revanche, si tu es journaliste lycéen, le prosélytisme est interdit, c’est-à-dire que tu as le droit de parler de politique, de donner ton opinion, de t’engager et d’être partisan, mais que tu t’interdis d’inciter les autres à y adhérer également. En clair, tu peux dire “Je vote pour le candidat X parce que…”, mais tu ne peux pas dire “Votez toustes pour le candidat X, c’est lui qui a de loin le meilleur programme !”

> Parler de religion

Il en est exactement de même pour la religion. Tu as une grande liberté pour parler des religions, des différentes convictions, pour en débattre et faire part de tes opinions. Cependant, si tu es journaliste lycéen, il ne faudra pas inciter ton lectorat à se convertir à une religion ou à partager tes convictions sur la religion en général. Tu peux donner ton avis, mais pas faire de prosélytisme !

> Parler de choses illégales

Parler de délits, de consommations illégales, c’est plus compliqué, mais tu peux le faire. Le délit de presse facilement associé à ce sujet, c’est l’incitation au trouble à l’ordre public. En effet, tu peux tout-à-fait écrire un article informatif sur les différents délits, mais ce qu’il ne faut pas, c’est inciter son lectorat à en commettre. Par exemple, tu peux écrire un article sur les effets du cannabis sur le cerveau, mais tu ne peux pas dire “Le cannabis n’a aucun effet sur le cerveau, ce n’est pas grave d’en consommer”. En bref, même si tu parles de quelque chose d’interdit, si tu n’adoptes pas un comportement illégal et si tu n’incites pas tes lecteurs à le faire, tu es dans ton bon droit !

> Parler de ses profs

Si tu es lycéen.ne ou collégien.ne, tu es peut-être particulièrement concerné par cela. C’est vrai que parler de la vie de son établissement, c’est tentant, et très amusant ! Ne t’inquiète pas, c’est autorisé. Cependant, tu dois respecter les limites imposées par la loi. En effet, tu n’as pas le droit de “porter atteinte à l’honneur d’une personne” en utilisant des termes injurieux ou en imputant un fait qui porte atteinte à son honneur. Ces délits de presse sont respectivement l’injure publique et la diffamation et tu dois te les interdire. Outre cela, il ne faut pas violer la vie privée de tes professeurs.

Cependant, plusieurs registres sont permis par la loi : la caricature et la satire par exemple. Pour la satire, il faut néanmoins l’indiquer dans ton article. Sinon, il pourrait être classé comme de la diffamation. Tu as une large liberté d’expression pour parler des personnels de ton lycée, et ça, c’est une bonne chose, car c’est probablement ce que tu as en commun avec ton lectorat.

> Parler de sexe 

Classé comme un sujet tabou, notamment dans les établissements scolaires, parler de sexe n’est pas du tout interdit ! Vous avez totalement le droit de vous exprimer sur ce sujet, tant que vous ne diffusez pas un contenu pornographique à des élèves au sein d’un établissement. Sinon, c’est entièrement autorisé.

Conclusion de cette question : vous avez un journal, une opportunité de vous exprimer, alors utilisez là, et amusez-vous. Soyez impertinents, soyez informatifs, soyez ce que vous voulez être, tant que vous respectez la loi. Et surtout, si vous avez un doute sur la limite à ne pas franchir ou que quelqu’un vous interdit de parler de certains sujets, n’hésitez pas à nous contacter à l’adresse censure@jetsdencre.asso.fr ! Cela nous fera plaisir d’en parler avec vous !