Le droit de réponse est-il obligatoire ?

Le droit de réponse est une obligation pour tous les médias. En quoi consiste-t-il ? Eh bien en fait, si tu cites une personne dans ton article, qu’elle est nommée ou désignée, même indirectement, elle a le droit de rédiger une réponse à cet article, de donner sa version des faits, que tu seras tenu.e de publier dans ton journal avec la mention “Réponse à …” et l’article auquel la personne fait référence.

Ce droit de réponse doit parvenir au journal dans un délai de trois mois après la parution de l’article auquel il fait référence : au delà, il y aura prescription. La réponse ne doit pas excéder 200 lignes, et ne doit pas non plus excéder la longueur de l’article initial. Cependant, si l’article est très bref, la réponse pourra tout de même atteindre 50 lignes. Lors de la publication du numéro suivant, elle devra être insérée à la même place que l’article incriminé. Le.la directeur.rice de publication sera garant.e de celle-ci également, c’est pourquoi la réponse ne doit pas être diffamatoire, calomnieuse, ou plus généralement comporter des délits de presse.

Si un droit de réponse te parvient, et que tu ne sais pas quoi faire, n’hésite pas à nous envoyer un mail à l’adresse censure@jetsdencre.asso.fr ! Nous essaierons de te répondre en fonction de la situation.