Catégorie : Actualités

Volontariat en service civique : trois missions pour l’année 2019-2020 ! - 11 juin 2019

Volontaire en service civique ? Un mot :

Le Service civique permet à des jeunes, âgé-e-s de 16 à 26 ans, de s’engager dans une association pour se consacrer à une mission d’intérêt général. Chez Jets d’encre, le-la Volontaire s’engage pour 24 heures par semaine au projet pendant 9 mois, tout en étant indemnisé-e 580 € par mois. C’est l’occasion de mener un projet stimulant tout en apprenant beaucoup, tout en bénéficiant d’une reconnaissance institutionnelle valorisable ! Il est possible de cumuler un Service civique avec des études, mais cela demande une très grande capacité d’organisation et de travail :)

 

Quelles missions sont proposées ?

> L’animation du réseau de journalistes jeunes (2 places)

Véritable réseau de journaux jeunes, l’association Jets d’encre recherche deux volontaires qui auront pour objectif de poursuivre la dynamique de réseau engagée sur l’ensemble de la France.  Les qualités attendues sont avant tout d’être motivé et disponible, pouvoir se déplacer pour rencontrer des bénévoles et avoir le goût de l’organisation et de la communication.

La durée de la mission est de 9 mois et commencera le 02 septembre 2019.

Pour découvrir l’ensemble de la mission et postuler, rendez-vous ici !

 

> La coordination de la 7ème édition du concours de journaux jeunes Kaleïdo’scoop (1 place)

Jets d’encre organise un concours national de la presse jeune depuis 2013, ouvert aux rédactions de 11 et 25 ans réalisant un journal dans leur collège, leur lycée, leur fac, leur quartier ou leur ville. Le cœur de la mission du ou de la volontaire sera la préparation du concours et son organisation dans l’année.  Les qualités attendues sont avant tout d’être motivé et disponible, pouvoir se déplacer pour rencontrer des bénévoles et des partenaires, ainsi que d’avoir le goût de l’organisation et de la communication.

La durée de la mission est de 9 mois et commencera le 01 octobre 2019.

Pour découvrir l’ensemble de la mission et postuler, rendez-vous ici !

 

Bien sur, le travail de ces trois missions s’effectuent en lien avec un-e tuteur-trice expérimenté-e, qui transmettra les compétences nécessaires et accompagnera les volontaires dans les missions proposées.

Cela me tente !

Si l’une de ces descriptions attire ton attention et/ou que tu as des questions,  rien de plus simple : il te suffit de contacter Marie LAROCHE, la déléguée générale de l’association.  Son mail :  marie.laroche@jetsdencre.asso.fr. Pour postuler, rendez-vous les fiches de missions présentées plus haut !

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • email
  • Print
  • PDF

 

 

Un mot sur la carte de presse jeune : Utilisations et pratiques - 3 juin 2019

Acquérir la Carte de Presse Jeune, c’est adhérer à la Charte des journalistes jeunes et faire savoir que la presse jeune est libre et responsable. Valentin Delbreil  est revenue sur son utilisation de la carte de presse jeune au cours de son parcours associatif :

Quelle est ton utilisation de cette carte ? 

Je n’ai pas eu l’occasion de couvrir un festival ou d’organiser un événement. En revanche, la carte de presse jeune m’a permis de contacter des structures pour diffuser mon journal, ou encore, de contacter des journaux et/ou radios afin de communiquer sur l’existence de mon journal et association culturelle. Cela met en confiance l’interlocuteur. Par conséquent, je parle très souvent de la carte [de presse jeune] (dans le cadre de mon association) mais aussi lorsque je vais rencontrer des jeunes qui pourraient être intéressés par son utilisation.

  Ainsi, lors d’un événement ou pour toutes autres demandes, le plus souvent, je connais personnellement des dirigeants ou bénévoles, ce qui me permet d’être en relation directe avec la bonne personne. Quand cela n’est pas le cas, je contacte le service concerné (dans la mesure où cela est précisé) ou tout simplement, via un formulaire ou sur les réseaux sociaux.

Très récemment, la carte m’a permis de prendre contact avec un auteur pour la catégorie littérature du journal. C’est un auteur avec une certaine notoriété en France et dans quelques pays étrangers mais de là à dire que c’est seulement grâce à la carte, je ne peux en être certain…

Que signifie-t-elle pour toi ? 

Au-delà de l’aspect « pratique » de la carte, des avantages que l’on peut avoir suivant notre interlocuteur, je l’ai demandé (et la demande également aux membres de la rédaction) car elle permet de montrer qui nous sommes, ce que nous sommes et affirmer notre volonté de nous « battre » pour une presse juste, sans déformation de l’information. Je dirai que la carte de presse jeune est, comme on peut le dire pour une enquête policière, la pièce à conviction de mon engagement non seulement auprès de l‘association Jets d’encre mais aussi, surtout, auprès de la presse en général. L’idée n’est pas de se morfondre face à des journalistes professionnels mais bien de dire « nous aussi, nous pouvons faire bouger les choses à notre humble niveau ».

Un article favori de la Charte des journalistes jeunes ?

   
Il m’est difficile de choisir un article de la charte car ils me paraissent aussi important les uns que les autres. Je dirai que le premier et troisième vont de pair. En prenant part à la liberté d’expression, on acquiesce également au fait d’assumer ce que l’on raconte. Je dirai également que l’article quatre entre en ligne de compte. Honnêtement, qui, ici, peut affirmer à 100% que ce qu’il raconte est juste, qu’aucune information est erronée. Personnellement, je n’en fais pas parti. C’est peut-être parce que j’ai aussi mon association et que c’est notre but principal !  Cependant, je pense que même si notre travail est intéressant, il l’est avec de bonnes informations…
On a, quoi qu’il arrive, quelque chose à apprendre venant de tout le monde, quel que soit notre âge, notre classe social, nos études…

La carte de presse jeune est là pour réunir celles et ceux qui veulent que notre société et le monde de la presse se portent dans le droit.

Stop aux fakenews comme on dit  ;)

Maintenant, c’est à vous de jouer !

N’hésitez pas à nous faire part des succès et difficultés rencontrés avec votre Carte de presse jeune dans vos pratiques. Vos témoignages aideront l’association à faire progresser la cause de la presse jeune et à développer ses activités pour les journalistes jeunes.

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • email
  • Print
  • PDF

 

 

DÉRIVES DE LA LOI “ANTI-CASSEURS” : Un journaliste jeune en garde à vue - 25 avril 2019

Samedi 20 avril, lors du 23ème week-end de manifestation des “Gilets Jaunes”, Ulysse, journaliste jeune, s’apprêtait à réaliser un reportage photo pour son média lorsqu’il a été arrêté à proximité de la gare Saint-Lazare puis placé en garde à vue en raison de son matériel de protection.

Ulysse a ainsi été placé en garde à vue à deux reprises, les samedi 23 mars et 20 avril, pour “rassemblement en vue de commettre des violences ou dégradations” – les peines maximales encourues étant un an d’emprisonnement et 15.000 € d’amende – et ce malgré la présentation systématique de sa carte de presse jeune témoignant de son engagement en tant que journaliste jeune et, par conséquent, de son adhésion aux valeurs de la charte des journalistes jeunes.

Ces interpellations ont été permises par la loi du 10 avril 2019 “visant à renforcer et garantir le maintien de l’ordre public lors des manifestations”, dite “loi anti-casseurs”, qui crée l’article 431-9-1 du code pénal : « Est puni d’un an d’emprisonnement et de 15 000 € d’amende le fait pour une personne, au sein ou aux abords immédiats d’une manifestation sur la voie publique, au cours ou à l’issue de laquelle des troubles à l’ordre public sont commis ou risquent d’être commis, de dissimuler volontairement tout ou partie de son visage sans motif légitime. ». Elle interdit ainsi le port de masques respiratoires que certain·e·s journalistes sont amené·e·s à porter en précaution face aux violences de toutes parts dans certaines manifestations, en particulier dans le cadre du mouvement des “Gilets Jaunes”.

Si les titulaires de la carte de presse professionnelle sont, jusque-là, considéré·e·s par les forces de l’ordre comme “légitimes” d’exercer leur fonction démocratique, les journalistes qui en sont dépourvu·e·s, en particulier les journalistes jeunes, le sont tout autant : la carte de presse n’ayant jamais été une condition nécessaire au statut de journaliste. Nous réclamons le droit pour tous les journalistes, y compris journalistes jeunes, de pouvoir exercer leur mission en toute sécurité, incluant le port d’un matériel de protection pour se prémunir des potentiels dangers qu’ils et elles encourent en contexte de manifestation.

Par ces arrestations de journalistes, comme ce fut le cas d’Ulysse ou de Gaspard Glanz ce week-end, les forces de l’ordre intimident les journalistes, jeunes comme professionnel·le·s, et remettent en question la liberté fondamentale d’expression par une atteinte directe à la liberté de la presse et  au droit d’information.

Jets d’encre a toujours dénoncé, dénonce et dénoncera toujours les entraves à la liberté de la presse jeune. Les dérives de la loi “anti-casseurs” sont une nouvelle attaque à la liberté d’expression des jeunes, aussi l’association Jets d’encre appelle-t-elle à une reconnaissance de la carte de presse jeune pour permettre aux journalistes jeunes de s’engager en toute sécurité.

Nous apportons tout notre soutien à Ulysse ainsi qu’à tou.te.s les journalistes jeunes victimes de censure. La presse d’initiative jeune apporte un regard critique, authentique et nécessaire sur le monde, nous demandons aux pouvoirs publics d’agir sans délai pour la protéger dans ce contexte répressif.

SOURCES – POUR EN SAVOIR PLUS

Conditions d’attribution de la carte de presse professionnelle : http://www.ccijp.net/article-10-conditions-d-attribution-de-la-carte-professionnelle.html

Loi du 10 avril 2019 “visant à renforcer et garantir le maintien de l’ordre public lors des manifestations” : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=D99C14BD4452C956688ABFB7988D6022.tplgfr35s_2?cidTexte=JORFTEXT000038358582&dateTexte=29990101

Article 431-9-1 du code pénal : https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=D99C14BD4452C956688ABFB7988D6022.tplgfr35s_2?cidTexte=LEGITEXT000006070719&idArticle=LEGIARTI000038382669&dateTexte=20190424&categorieLien=id#LEGIARTI000038382669

Charte des journalistes jeunes : http://www.jetsdencre.asso.fr/la-charte-des-journaliste-jeunes/

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • email
  • Print
  • PDF

 

 

Carte de presse jeune : parlons-en ! - 11 avril 2019

Se munir de la Carte de Presse Jeune, c’est adhérer à la Charte des journalistes jeunes et faire savoir que la presse jeune est libre et responsable. Sophie Caldaguès  est revenue sur son utilisation de la carte de presse jeune au quotidien :

Un événement notable lié à la carte de presse jeune ? 

J’ai réussi à entrer gratuitement à l’exposition « comédies musicales » à la Cité de la Musique Philharmonie de Paris de la Villette. Comment cela s’est-il passé ? J’ai juste présenté ma carte de presse jeune au guichet et leur ai demandé « Est-ce que j’ai le tarif presse ; c’est-à-dire gratuité ; en vous présentant cela ? » Ils ont répondu par l’affirmative, et je n’ai rien payé. J’étais toute fière et ai pu profiter de l’exposition assez sereinement. J’ai même écrit un article à la suite. Mes ami.e.s étaient sidéré.e.s.J’essaye de la valoriser au maximum, moins pour avoir les avantages journalistiques, mais plus pour me sentir légitime.De plus, je la montre à tout le monde.

Lorsque je souhaite participer à un événement, je la sors de mon portefeuille et la présente généralement au début à « l’accueil », puis je demande gentiment et poliment si je peux accéder à des avantages (financiers ou bien liés à l’événements type « backstage ») grâce à la carte. Je n’ai encore pas pu bénéficier d’accréditations (de festivals par exemple) à distance car je n’en ai pas demandé. Si je devais le faire, je pense que je contacterai le service communication de l’événement. Il arrive cependant que cela ne marche pas toujours; on m’a rétorqué une fois que « ce n’était pas une vraie carte de presse ». C’est dommage.

D’autres moments-clés ?

Oui, à l’inauguration du Grand Paris Express dans le 93. Il y avait une soirée dédiée avec des exposants et beaucoup d’informations sur le GPE. J’ai pu récolter des interviews grâce à la carte, même si l’événement était ouvert à tous.tes.

Pourquoi avoir demandé ta carte de presse jeune ?

Je ne savais pas qu’on pouvait la demander/l’obtenir aussi « facilement ». C’est pendant le festival Expresso, auquel j’ai participé en 2018 que je l’ai reçue. Je croyais en effet qu’il fallait avoir « fait ses preuves » ou démontrer de son expérience dans le journalisme. J’ai été très fière et ravie. Pour moi, elle signifie une certaine légitimité à écrire et à être reconnu.e même de manière bénévole, sans pour autant être professionnel.le.

D’ailleurs, sur les 6 articles de la charte des journalistes jeunes, ceux qui me parlent le plus sont les suivants :

Le 1er article car la liberté d’expression est pour moi le droit le plus fondamental dans notre pays. Sans pour autant empiéter sur celle des autres.

Le 4ème article car il faut rester ouvert.e aux critiques et à repenser ses écrits. Puis, dans un monde où il existe beaucoup de « fake news », il s’agit de s’assurer de la véracité des informations qu’on véhicule.

Maintenant, c’est à vous !

N’hésitez pas à nous faire part des succès et difficultés rencontrés avec votre Carte de presse jeune dans vos pratiques. Vos témoignages aideront l’association à faire progresser la cause de la presse jeune et à développer ses activités pour les journalistes jeunes.

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • email
  • Print
  • PDF

 

 

Le 20 et 21 avril 2019, c’est Assemblée Générale, venez ! - 28 mars 2019

Temps important – voire même primordial – dans la vie statutaire, c’est avec plaisir que l’association Jets d’encre appelle ses adhérent.e.s à se mobiliser pour…

son Assemblée générale ordinaire
qui se tiendra à Paris
les 20 & 21 avril 2018


Sans vous, l’association ne peut pas se donner d’objectifs, ne peut pas faire le bilan de ses actions, et ne peut donc pas avancer. Vous en êtes l’un des moteurs en venant réfléchir et proposer des solutions.

  Une Assemblée générale ?

Jets d’encre réunit son Assemblée générale deux fois dans l’année : à la fin août, lors de son université d’été Press’citron, où est notamment élu le Conseil d’Administration ; et en avril, où les objectifs sont de :

  • Dresser le bilan de l’année passée au regard des orientations fixées par l’AG précédente, et pour lesquelles elle a élu des membres du Conseil d’Administration. Ce bilan prend la forme de deux documents (le rapport d’activité et le rapport financier) qu’il appartient à l’Assemblée générale de voter.
  • Discuter des grandes orientations et du fonctionnement de l’association, et faire entendre votre avis sur le déroulement de cette première partie de l’année. Cette année encore, des ateliers et des réflexions thématiques le samedi et dimanche après-midi vous seront proposés.

  On vote quoi ?

  • le Rapport d’activité, qui fait le bilan des actions menées pendant l’année civile 2018 en fonction des objectifs fixés par l’Assemblée générale via le Plan d’action et de développement 2017 – 2019
  • le Rapport financier, qui fait le bilan des finances de l’association  et de ses relations avec les partenaires financiers pendant l’année 2018
Ils sont disponibles en cliquant ci dessous :

  Vous venez ? Chouette !

Il n’y a pas trente-six solutions : pour venir en présentiel, voter par procuration ou voter à distance, l’inscription doit obligatoirement se faire ci dessous :

Pour s’inscrire à l’Assemblée générale

Nous vous remercions de confirmer votre présence au plus tard le lundi 15 avril 2019.

Vous recevrez toutes les informations une fois l’inscription effectuée et nous vous tiendrons au courant en cas de modifications sur le lieu !  Idem, si vous avez un doute et/ou des questions, n’hésitez pas à envoyer un e-mail à Romane, secrétaire générale, qui se fera un plaisir de vous répondre) : romane.emaer@jetsdencre.asso.fr

  Qui peut voter ?

Les personnes et rédactions adhérentes à l’association peuvent voter. Si vous n’avez jamais adhéré ou que vous n’êtes pas à jour de votre adhésion, il n’est pas trop tard ! Rendez-vous sur la page dédiée afin de réaliser une adhésion à prix libre :

Adhérez !

Deux cas de figure donc : soit vous avez adhéré à l’association individuellement, et dans ce cas vous disposez d’une voix à l’Assemblée générale. Soit, vous avez adhéré collectivement au nom de la rédaction qui dispose d’une voix. Vous pouvez venir à plusieurs à l’Assemblée générale, mais votre journal ne comptera que pour une voix pendant les votes.

L’adhésion à Jets d’encre est importante : c’est avant tout une marque de soutien aux valeurs que défend l’association au quotidien, la possibilité d’obtenir la carte de presse jeune, mais c’est également un soutien financier non négligeable sans lequel nous ne pourrions réaliser certains projets, comme le festival Expresso !

  Comment voter ?

L’Assemblée générale se déroulera à Paris, dans les locaux de l’association (39 rue des Cascades, 75020 Paris). Les frais de transport sont pris en charge par l’association dans la limite des places disponibles pour tout le week-end !
Il y a plusieurs façons de voter à l’Assemblée générale : en étant présents le jour J, par procuration ou bien via un vote à distance !

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • email
  • Print
  • PDF