Actualités - 3 juin 2019

Un mot sur la carte de presse jeune : Utilisations et pratiques

Acquérir la Carte de Presse Jeune, c’est adhérer à la Charte des journalistes jeunes et faire savoir que la presse jeune est libre et responsable. Valentin Delbreil  est revenue sur son utilisation de la carte de presse jeune au cours de son parcours associatif :

Quelle est ton utilisation de cette carte ? 

Je n’ai pas eu l’occasion de couvrir un festival ou d’organiser un événement. En revanche, la carte de presse jeune m’a permis de contacter des structures pour diffuser mon journal, ou encore, de contacter des journaux et/ou radios afin de communiquer sur l’existence de mon journal et association culturelle. Cela met en confiance l’interlocuteur. Par conséquent, je parle très souvent de la carte [de presse jeune] (dans le cadre de mon association) mais aussi lorsque je vais rencontrer des jeunes qui pourraient être intéressés par son utilisation.

  Ainsi, lors d’un événement ou pour toutes autres demandes, le plus souvent, je connais personnellement des dirigeants ou bénévoles, ce qui me permet d’être en relation directe avec la bonne personne. Quand cela n’est pas le cas, je contacte le service concerné (dans la mesure où cela est précisé) ou tout simplement, via un formulaire ou sur les réseaux sociaux.

Très récemment, la carte m’a permis de prendre contact avec un auteur pour la catégorie littérature du journal. C’est un auteur avec une certaine notoriété en France et dans quelques pays étrangers mais de là à dire que c’est seulement grâce à la carte, je ne peux en être certain…

Que signifie-t-elle pour toi ? 

Au-delà de l’aspect « pratique » de la carte, des avantages que l’on peut avoir suivant notre interlocuteur, je l’ai demandé (et la demande également aux membres de la rédaction) car elle permet de montrer qui nous sommes, ce que nous sommes et affirmer notre volonté de nous « battre » pour une presse juste, sans déformation de l’information. Je dirai que la carte de presse jeune est, comme on peut le dire pour une enquête policière, la pièce à conviction de mon engagement non seulement auprès de l‘association Jets d’encre mais aussi, surtout, auprès de la presse en général. L’idée n’est pas de se morfondre face à des journalistes professionnels mais bien de dire « nous aussi, nous pouvons faire bouger les choses à notre humble niveau ».

Un article favori de la Charte des journalistes jeunes ?

   
Il m’est difficile de choisir un article de la charte car ils me paraissent aussi important les uns que les autres. Je dirai que le premier et troisième vont de pair. En prenant part à la liberté d’expression, on acquiesce également au fait d’assumer ce que l’on raconte. Je dirai également que l’article quatre entre en ligne de compte. Honnêtement, qui, ici, peut affirmer à 100% que ce qu’il raconte est juste, qu’aucune information est erronée. Personnellement, je n’en fais pas parti. C’est peut-être parce que j’ai aussi mon association et que c’est notre but principal !  Cependant, je pense que même si notre travail est intéressant, il l’est avec de bonnes informations…
On a, quoi qu’il arrive, quelque chose à apprendre venant de tout le monde, quel que soit notre âge, notre classe social, nos études…

La carte de presse jeune est là pour réunir celles et ceux qui veulent que notre société et le monde de la presse se portent dans le droit.

Stop aux fakenews comme on dit  ;)

Maintenant, c’est à vous de jouer !

N’hésitez pas à nous faire part des succès et difficultés rencontrés avec votre Carte de presse jeune dans vos pratiques. Vos témoignages aideront l’association à faire progresser la cause de la presse jeune et à développer ses activités pour les journalistes jeunes.

Partager :
  • Facebook
  • Twitter
  • email
  • Print
  • PDF